chapitre 9.9

Scène pour public averti (blabla habituel, pas forcément douée pour les écrire, indulgence... etc)

Toujours à califourchon, je me penchai pour déposer quelques baisers sur sa peau dévoilée. Certes, c’était la première fois que je faisais ce genre de truc mais… j’avais l’impression qu’un être beaucoup plus sensuel que mon moi habituel s’était glissé dans mon corps pour contrôler avec assurance chacun de mes mouvements.

Une petite partie intérieure qui ne demande qu’à jaillir pour le bouffer tout cru !

Ma langue glissa entre les creux de ses muscles et vint taquiner son nombril pendant que j’abaissai son bas de pyjama.

Ouh le coquin, il n’a pas mit de caleçon !

J’osai aventurer ma bouche le long de la ligne de poil ébène qui rejoignait son membre. J’étais incapable de dire si ce dernier était particulièrement gros, trop petit ou normal… En tout cas, c’était pas minuscule, ça c’est clair ! Délaissant ce dernier, j’entrepris de tracer un chemin humide le long de sa cuisse ferme, appréciant la dureté du muscle qui tressaillit sous ma langue.

Du coin de l’œil, j’observai son sexe. L’une de mes mains se referma autour tandis que ma bouche partait à l’assaut de la seconde cuisse. Lazarel cessa un instant de respirer lorsque mes doigts commencèrent à coulisser le long de son membre durcit. Ses yeux se fermèrent tandis que je continuai mes aller et venus tout en remontant la pointe de ma langue sur son ventre. Je pris l’audace de resserrer légèrement l’étreinte de ma main, un gémissement lui échappa.

Il est totalement à ta merci.

Quel sentiment étrange de réaliser ça. Je n’avais pas du tout l’habitude de dominer les situations et pourtant Lazarel était ma proie, je pouvais en faire ce que je voulais. Continuer… ou arrêter. Si je stoppai, je le laisserai avec un sentiment de frustration. En continuant, j’allais l’obliger à aller jusqu’au bout, à le faire craquer…

Vas-y, Gypsie, après l’épisode de la baignoire, à toi de le faire crier !

Sans arrêter mes mouvements, j’observai ses lèvres entrouvertes, ses paupières closes et j’écoutai sa respiration qui accélérait. Ma langue s’arrêta à la base de son sexe et remonta lentement le long de sa virilité, jusqu’à la pointe. Il frémit et sursauta carrément lorsque je refermai mes lèvres autour de lui pour  laisser ma langue caresser le bout de sa hampe. L’une de ses mains se posa sur ma tête, ses doigts étaient crispés. Agissant plus par feeling qu’autre chose (après tout, je suis pas non plus une experte sur ce domaine, même en regardant des sites interdits…) je laissai mes lèvres descendre et remonter en jouant avec ma langue, laissant celle-ci se presser contre sa peau, tournoyer, taquiner son gland… Sa main ne se pressait pas sur ma tête pour me donner sa propre cadence, elle restait sage et se contentait de me caresser doucement. Il ne pouvait pas savoir à quel point j’appréciais qu’il me laisse aller à mon propre rythme. Laz avait ouvert les yeux, ses prunelles brûlaient comme jamais et ses hanches parurent se mettre en mouvement presque malgré lui. Mes mains ne restaient pas inactives non plus. L’une retenait sa virilité et je la faisais coulisser en rythme avec ma bouche. Si je n’osais pas presser trop fort avec cette dernière, de peur de lui faire mal avec mes dents, je n’avais pas à me gêner pour ce qui était de l’étreinte de mes doigts et les grognements et gémissements de Laz confirmaient qu’il ne trouvait pas ça déplaisant du tout. L’autre main caressait tantôt sa cuisse, tantôt son ventre… J’accélérai la cadence, ses hanches suivirent le mouvement. Sa respiration hachée résonna dans la pièce et ses doigts s’agrippèrent à mes cheveux.

- Gypsie, articula-t-il dans un gémissement, recule. Je ne pense pas que tu vas aimer si je te jouis dans la bouche….

Le temps d’un dernier aller retour, j’obéis et reculai le visage. Je me redressai légèrement, mais je le tenais toujours dans ma main. Bien décidée à aller jusqu’au bout, j’accélérai encore la cadence en pressant plus fort. Ça suffit pour le faire exploser. Un cri jaillit de sa gorge et sa semence jaillit. Mais je n’arrêtais pas pour autant mon mouvement, je comptais bien le vider, je sentais encore la dureté de son membre. Je glissai et remontai  encore et encore. Lazarel se tortilla.

C’est toi qui le fais réagir comme ça…

Un nouveau cri lui échappa. Je le relâchai.

Il se redressa brusquement, m’attrapa et m’attira contre lui. Je me retrouvai allongée sur Laz, la tête juste sous son menton. Je sentais son torse se soulever au rythme de sa respiration saccadée et son cœur battre comme un fou.

mardi 18 décembre 2012 12:25 , dans L'Amour est recouvert de Sang (terminée)



1 Fan


2 commentaire(s)

  • mailynn2 jeu. 11 avril 2013 08:23
    Trop bien écrit dis donc !!!
  • legsims3 mer. 19 déc. 2012 15:40
    et bey... lol


Votre commentaire :

(facultatif)

(facultatif)

error

Attention, les propos injurieux, racistes, etc. sont interdits sur ce site.Si une personne porte plainte, nous utiliserons votre adresse internet (54.198.140.182) pour vous identifier.     



Accueil | PC | PS3 | 360 | Wii | 3DS | DS | PSP | IPHONE | Web |
Jeux du moment : Battlefield 3 PC | Battlefield 3 PS3 | Minecraft 360 | FIFA 12 Wii | FIFA 12 DS
ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à tenshiblood

Vous devez être connecté pour ajouter tenshiblood à vos amis

 
Créer un blog