chapitre 12.2

A 11 heures, Edward arriva. Tout de suite il dit :

- Je sais, j’ai une heure d’avance, mais je m’ennuyais à la maison…

Ses yeux gonflés de chagrin faisaient peine à voir, il avait une petite mine chiffonnée et adorable qui ferait fondre n’importe qui. Je le présentai rapidement à Lancelin qui lui serra chaleureusement la main. Il s’abstint de dire quoi que ce soit sur Richard, mais son regard brillait de compassion. Edward, en toute discrétion, alla s’assoir sur le petit canapé mis à disposition pour nos très rares visiteurs et sorti un livre de son sac, bien décidé à ne pas nous déranger jusqu’à notre pause déjeuner. Mais en le surveillant du coin de l’œil, je voyais bien qu’il faisait semblant de lire. Ses yeux restaient fixés sur un mot et il ne tournait même pas les pages.

Lancelin nous abandonna le temps d’aller se chercher un café à la machine du rez-de-chaussée. Il revint avec deux gobelets. Affichant une expression particulièrement sympa, il en proposa un à Edward. Un peu étonné par ce geste gentil alors qu’il ne le connaissait pas, Ed’ accepta la boisson en bredouillant un petit merci. Pour la première fois, il prêta un peu plus d’attention à mon collègue et parce que je le connaissais par cœur je compris qu’il le trouvait vraiment pas mal du tout. Il fallait reconnaitre que Lance était canon aussi. Il n’avait pas l’espèce de côté méga sensuel de Lazarel, mais il était très attirant. Comme Laz, il était plutôt grand. Musclé aussi, mais un tout petit peu moins que mon petit ami. Ses yeux étaient d’un bleu très très très clair, mais pas délavés et brillant constamment de bonne humeur. Ses cheveux d’un blond si pâle qu’ils paraissaient parfois blancs selon l’éclairage, dépassaient en longueur ceux de Lazarel. Ils étaient doux comme de la soie et je me demandai toujours à quoi il ressemblerait s’il les détachait complètement. Pour ne pas avoir des mèches en plein visage, il les attachait en grande partie en chignon et laissait tomber le reste dans son dos. Ils lui arrivaient quasiment jusqu’aux reins. Mais à la façon de Lazare, de dos ou de face, malgré cette masse de beaux cheveux, impossible de le prendre pour une fille, sa silhouette était on ne peut plus masculine. Aujourd’hui, Lancelin avait mit en plus une chemise à manches courtes, blanche, qui lui allait particulièrement bien. Et son jean, pas spécialement ample, soulignait ses longues jambes.

samedi 29 décembre 2012 18:41 , dans L'Amour est recouvert de Sang (terminée)




1 Fan

Aucun commentaire pour l'article: chapitre 12.2



Votre commentaire :

(facultatif)

(facultatif)

error

Attention, les propos injurieux, racistes, etc. sont interdits sur ce site.Si une personne porte plainte, nous utiliserons votre adresse internet (107.22.45.61) pour vous identifier.     


ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à tenshiblood

Vous devez être connecté pour ajouter tenshiblood à vos amis

 
Créer un blog