Mémoire Perdue 8

Comme chaque matin, Sasori ouvrit les yeux. Il grimaça en réalisant qu’il n’avait pas la posture habituelle, il n’était pas du tout allongé dans son lit, mais toujours assis à son bureau, son livre sous la tête en guise d’oreiller. Le jeune homme aux cheveux rouge grimaça en se redressant et en s’étirant machinalement. Il jeta un coup d’œil en direction du lit. Ce dernier était vide et les draps bien tirés. En baillant, Sasori quitta la chaise en se jurant de ne pas recommencer une nuit pareille et se dirigea machinalement vers la cuisine. Il s’arrêta net sur le seuil de la porte et écarquilla les yeux. Deidara avait littéralement prit possession des lieux. La table brillait sous un nettoyage récent et supportait une monstrueuse pile de crêpes chaudes, accompagné d’ un assortissement  de confitures avec des cuillères posées sur les couvercles encore fermés. Un bol attendait sagement à l’une des extrémités de la table, avec le sucrier ouvert en guise d’invitation. En le voyant arriver, le blond saisit aussitôt la cafetière pleine d’où s’échappait un délicieux fumet de café frais et rempli le bol.

« Bonjour, Sasori. » fit-il avec bonne humeur.

Un peu perplexe, Sasori s’installa à sa place et regarda son récipient fumant. Nul doute, Deidara avait servi le café exprès pour lui, une chose dont il n’avait pas l’habitude. Il loucha sur la pile de crêpes avec envie, voilà qui le changeait de la tartine de pain rassis qu’il se prenait parfois.

«  Où as-tu trouvé tout ça, gamin ? »                                                                                                    

« Oh, dans un de vos placards, tout au fond. Les produits sont bientôt périmés alors je me suis dit qu’il valait mieux les utiliser, uhn. »

A genoux par terre, Deidara était occupé à nettoyer le four de fond en comble. Sasori attrapa une crêpe et la pâte à tartiner au chocolat. En mangeant, il observa son invité forcé. Il semblait avoir un peu reprit des forces. Le garçon avait remit ses vêtements en découpant les parties qui avaient été déchirés, ainsi il avait maintenant un débardeur noir qui s’arrêtait un peu au dessus du nombril et ne cachait rien de son ventre plat. Son pantalon avait été retroussé jusqu’aux genoux et il marchait pieds nus. Ses cheveux blonds étaient à présent en partie attachés par une queue de cheval haute, cependant une mèche retombait devant la partie droite de son visage. Sasori se secoua mentalement lorsqu’il se surprit à penser que Deidara était franchement mignon. Qu’est-ce que c’était que ces pensées ?! Il s’agissait d’un gamin. Et qui plus est, un gamin qui s’incrustait chez lui, qui lui crachait son café au visage, qui squattait son lit et qui faisait des crêpes totalement délicieuses. Et le café avait un très bon goût. De plus, ce n’était pas désagréable de trouver un excellent petit déjeuner tout prêt à son réveil et de voir que quelqu’un semblait se soucier du ménage. Il aurait pu tomber plus mal, Deidara n’était pas déplaisant à regarder, à quatre pattes avec la tête dans le four.

«  J’espère que ça ne vous dérange pas que je me sois permis de fouiller dans vos placards ? » demanda le garçon en tournant ses yeux d’azur vers lui.

Sasori détourna immédiatement les siens, comme pris en faute.

«  Non, si ça t’amuse de jouer les femmes au foyer, c’est ton problème. »

Deidara sourit légèrement :

« Au moins, je sais que je m’y connais un peu en cuisine et en ménage. »

En reprenant une crêpe, son hôte demanda :

« A part ton nom, est-ce qu’autre chose t’es revenu ? »

Le sourire du blond s’évanouit et Sasori regretta presque d’avoir posé la question.

« Non… »

Deidara baissa les yeux en se mettant debout et referma la porte du four nettoyé. Il entreprit de s’attaquer à la cuisinière à renfort d’éponge et de produits rangés sous l’évier qui n’avaient jamais servis à Sasori. Une sonnerie retentit alors, les faisant tous les deux sursauter. Sasori plongea immédiatement la main dans sa poche et en extirpa un téléphone portable. Il retint une grimace devant le nom qui s’affichait. En même temps, qui d’autre aurait pu l’appeler ? Une seule personne connaissait son numéro.

« Eh bien, commenta Deidara éberlué, vous n’avez pas de télévisions, pas d’ordinateurs, une vieille machine à café et de la vaisselle digne de l’époque de ma grand-mère, mais par contre vous avez un téléphone portable dernier cri, uhn ! »

lundi 07 janvier 2013 17:48 , dans Memoire Perdue (fic terminée)



1 Fan


1 commentaire(s)

  • legsims3 mar. 08 janv. 2013 04:43
    belle suite.....


Votre commentaire :

(facultatif)

(facultatif)

error

Attention, les propos injurieux, racistes, etc. sont interdits sur ce site.Si une personne porte plainte, nous utiliserons votre adresse internet (54.196.198.213) pour vous identifier.     



Accueil | PC | PS3 | 360 | Wii | 3DS | DS | PSP | IPHONE | Web |
Jeux du moment : Battlefield 3 PC | Battlefield 3 PS3 | Minecraft 360 | FIFA 12 Wii | FIFA 12 DS
ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à tenshiblood

Vous devez être connecté pour ajouter tenshiblood à vos amis

 
Créer un blog