Le baiser du Shinigami

Paye ton inspiration à minuit 45... Je n'arrivais pas à dormir, alors j'ai pris mon cahier, mon stylo (l'ordi était éteint...) et pendant une heure, j'ai écris, écris... et ça a donné ceci :

"La fleur écarlate s'épanouie sur le tissu et sur ma peau. La douleur est fulgurante et me paralyse. Je sais que je ne me relèverai pas...

La journée avait pourtant débuté normalement... un jour comme les autres : le lever, le petit-déjeuner et la sortie pour aller faire quelques courses. Element perturbateur : un braquage mené par un pauvre ado sans le sou dans le supermarché voisin de la boulangerie... Une arme à feu qu'il ne savait pas manier, la panique en entendant la police arriver. Une bagarre dans la rue avec d'autres qui voulaient l'empêcher de nuire. Un mouvement de bras. Un doigt qui appuie sans le vouloir sur la détente de l'arme chargée. Un coup de feu. Le projectile qui me transperce le ventre. Moi qui m'effondre sur le bitume, blessée...

Je suis certaine que ce type ne voulait tuer personne à la base...

Les badauds se regroupent. On appelle les secours mais je sais qu'il est déjà trop tard... car tu es là.

J'ai attrocement conscience de la souffrance qui me paralyse. J'ai mal. Des larmes coulent sur mes joues. Les gens me parlent pour que je reste consciente et que je ne m'évanouisse pas. Ils pensent pouvoir me sauver. Ils ne te voient pas.

Azraël. 

Toi qui fend la foule rassemblée, ils ne te remarquent pas.

Aide-moi

Un flot de souvenir me traversent l'esprit alors que je vois ton visage.

Toi qui a voulu savoir ce que ça faisait de vivre quelques temps parmis les mortels...

Toi qui t'es fait passer pour un camarade de classe avec ton ami Amour.

Toi qui te croyait au dessus des dons de ton ami... et pourtant tu n'as eu qu'à frôler l'une de ses flèches pour tomber amoureux.

La Mort est amoureuse.

Toi qui a voulu me taire ton identité alors que je l'avais déjà deviné.

Amoureuse de la Mort en personne.

Toi qui a dû repartir en m'abandonnant à mon existence de mortelle.

Toi qui a refusé que je te suive.

Toi qui m'a ordonné de ne pas attenter à ma vie pour te rejoindre.

Tu vois, je t'ai écouté, j'ai obéis, mais je t'aime toujours autant.

Lentement, tu avances. Les gens s'écartent sur ton passage sans te remarquer pour autant.

S'il te plait... stoppe la douleur qui me cisaille le ventre.

J'admire tes enjambées souples et félines. Je t'attends.

Le reste du monde devient un brouillard sombre, les voix qui me parlent sont trop confuses. Toi, par contre, tu es très net, tu te détaches d'eux.

Tu souris et tu commences à déboutonner ta chemise. Pas une seule parole, mais tes yeux disent clairement "ne t'inquiète pas"

J'ai très froid.

Je n'ai pas peur, cette fois je vais partir avec toi et rester à tes côtés.

Tu retires ta chemise et la noue autour de ta taille, avant de t'agenouiller près de moi.

- Azraël...

Ton nom a échappé à ma bouche dans un souffle. Murmures précipités parmi les témoins "elle a dit quoi ?"

Ta main attrape la mienne. Une vague si glaciale qu'elle en parait brûlante me traverse de la tête aux pieds.

Je gémis.

Tu resserres ta prise.

- Viens avec moi.

Ta voix merveilleuse atténue immédiatement la douleur.

Tu te penches et tes lèvres s'emparent des miennes. Je n'ai pas la force de te rendre ton baiser. Ton autre main se pose sur ma poitrine et tu abrèges ma vie.

J'inspire...

J'expire...

Mon dernier souffle se perd dans ta bouche.

La douleur est lointaine.

Ultime battement de coeur...

Je me sens maintenant libre comme jamais, libre de ne plus avoir soif, faim, de ne plus avoir besoin de dormir... Une nouvelle force m'anime, je m'accroche à ton cou pour répondre enfin à ton baiser et l'approfondir. Tes mains glissent sous moi pour me soulever dans tes bras. Deux grandes ailes noires jaillissent de ton dos et nous nous envolons.

Je délaisse un instant ta bouche pour regarder en arrière : une fille, blême, les yeux clos, est allongée par terre au milieu d'une dizaine de mortels. Son tee-shirt est imbibé de rouge. Quelqu'un la secoue légèrement. Elle ne réagit pas. Un sourire heureux plane sur ses lèvres.

Je reporte mon attention sur Azraël qui me tient contre lui avec précaution, ses ailes puissantes battant l'air.

Ma vie de mortelle m'a toujours ennuyée, jamais je ne me suis sentie à ma place, sauf lorsqu'Azarël était là...

Je l'embrasse à nouveau, il n'en est que trop heureux.

Mon existence véritable commence maintenant, nous sommes à jamais réunis."

******************************************

" La Mort viendra et elle aura tes yeux" Cesare Pavese 

Blog de tenshiblood :Le Monde de TenshiBlood, Le baiser du Shinigami

dimanche 27 janvier 2013 13:15 , dans Petits Textes



2 Fans


1 commentaire(s)

  • marneisere dim. 27 janv. 2013 14:52
    et bien je dois dire : reste éveillée toutes les nuits, car c'est SUPERBE... et suis entièrement d'accord que la nuit est très productive...... on a besoin d'un grand calme pour assembler toutes nos idées et faire quelque chose de sublime que ce soit dans toutes les disciplines créatives... j'adore ton écrit....
    mais vite vite la suite............. bisous ma belle et merci pour ton gentil commentaire... je te souhaite à mon tour un bon dimanche.... à ce soir


Votre commentaire :

(facultatif)

(facultatif)

error

Attention, les propos injurieux, racistes, etc. sont interdits sur ce site.Si une personne porte plainte, nous utiliserons votre adresse internet (54.161.181.49) pour vous identifier.     



Accueil | PC | PS3 | 360 | Wii | 3DS | DS | PSP | IPHONE | Web |
Jeux du moment : Battlefield 3 PC | Battlefield 3 PS3 | Minecraft 360 | FIFA 12 Wii | FIFA 12 DS
ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à tenshiblood

Vous devez être connecté pour ajouter tenshiblood à vos amis

 
Créer un blog